VILLA MENIER

Les communs de la villa de Gaston Menier et Julie Rodier construits en 1892 par les architectes Baumier fils et Nicolas. Anciennement rue des dunes, rebaptisée rue Henri Dobert. Derrière le chalet un accès à la rue des bains.
communs 1900 coté rue des dunes
coté rue des dunes détail
coté rue des dunes détail détail
détail détail coté rue des bains
pris de la villa
les communs coté rue des bains pris de la villa

 

DIMANCHE AU BORD DE MER

Lorsque les chemins de fer atteignirent l'océan, de petite stations balnéaires surgirent comme des champignons tout le long de la côte. Tout le monde pouvait désormais s'y rendre. Elles étaient desservies par des trains qui partaient de Paris le samedi, en fin de journée.On les appelait " trains de plaisir", alors qu'il fallait de longues et pénibles heures de voyage pour goûter quelques moments de détente sur la plage.
En 1987 la caravane scolaire Menier récompense les reçus au certificat d'études primaires par des excursions sur les plages de la côte normande.
La caravane de Gaston Menier proposait également des visites de musées, de sites et monuments.
Dans les stations Balnéaires, la plupart des visiteurs passaient la journée à se baigner ou à se reposer sur la plage. Beaucoup ne s'aventuraient sur la plage que pour savourer un moment de détente et goûter l'air vivifiant du grand large.

LES TRAVAUX DANS LA VILLA

E n 1889 Gaston fait remodeler une villa à Houlgate,"Le Bon Gîte" rue des Dunes, venant de sa belle famille Rodier. Elle prendra, selon la coutume le nom de" Villa Menier"et construite comme les communs par les architectes Baumier fils et Nicolas. Voici quelques éléments de correspondance entre Gaston Menier, domicilié à Rentilly et ses architectes situés à Caen.

A Mr NICOLAS architecte à Caen le 22/04/1891

"Vous avez du savoir par M. LANDRY que j'ai rencontré à Paris il y a environ 6 semaines que j'avais acquiescé à la demande d'abonnement pour l'égout d'Houlgate. M. LANDRY avait bien voulu me dire qu'il vous en préviendrait afin que vous puissiez exécuter les travaux de raccordement. J'avais reçu à cet égard des propositions de M. LEWICKI, votre confrère, mais j'avais dit à M. LANDRY que je désirais que ces travaux fussent faits par vous qui êtes mon architecte dans cette région. Je vous prie de me dire si vous avez fait faire le travail, ou autrement je vous prie de les commencer dans les plus brefs délais".

A Mr BAUMIER et NICOLAS architectes à Caen le 27/05/1891

"Je vous accuse réception des plans et devis que vous m'avez envoyés au sujet de mon raccordement à l'égout d'Houlgate. Je doit d'abord vous exprimer toute la surprise que j'ai éprouvée en recevant seulement le 23 mai le projet que je vous avais demandé depuis fort longtemps et que je croyais même en voie d'exécution.

Avec la lenteur habituelle des travaux à Houlgate je ne sais si cela pourra être fini pour le 1er juillet, époque à laquelle je compte aller m'installer là-bas. Je croyais, je vous le répète que ces travaux étaient en train et que vous aviez fait l'étude vous-mêmes d'une façon beaucoup plus simple que celles que vous me soumettiez. Je ne vois pas pourquoi il est nécessaire d'établir un tuyau reliant l'écurie avec le pavillon côté BINDER, puisque ce même tuyau existe allant au regard qui se trouve à coté du pavillon côté BELATON.

Je considère comme vous qu'il est bon de relier la ( ?) à cet égout, comme je l'indique au crayon, pour de là faire un branchement sur l'égout communal. Je ne vois pas quant à moi, la nécessité de poser des tuyaux pour déverser les eaux de pluie de chaque gouttière à l'égout. Nous avons des caniveaux dans la cour qui doivent servir à cet usage.

Pourquoi, par exemple, l'eau qui tomberait de la toiture des petits pavillons et qui est de l'eau de pluie, ne pourrait elle pas rejoindre le caniveau qui se trouve dans la rue des dunes pour de là se déverser par les bouches d'égout qui seront certainement placées dans la rue ? S'il y a l'eau du lavage des voitures à évacuer du côte BINDER ? Il faudrait peut être (réaliser ?) un caniveau tel que je l'ai indiqué au crayon entre les deux pavillons, qui viendrait jeter les eaux au regard que vous indiquez côté BELATON.

Pour ce qui est du chalet principal, je ferai la même observation que ci-dessus au sujet du regard qui se trouve le long de mon laboratoire et qui pourrait se déverser dans les caniveaux de la rue directement, sans qu'on soit obligé de poser un regard pour venir rejoindre le branchement à l'égout, et je ferai tout simplement pour le pavillon une fourche telle que je l'indique au crayon (analogue du reste à l'arrivée d'eau).

De cette façon la propriété serait débarrassée des eaux d'égout qui sont le principal à enlever. Quant aux eaux de pluie, elle filtrerait naturellement dans le sol ou, au besoin, pourrait on faire le long de la bordure de gazon une fourche pour (illisible)

Gaston Menier

coté plage coté plage coté plage
coté plage coté plage  1900 coté plage
   
détail coté rue des dunes coté plage
coté plage détail détail
détail détail

 

 

accueil
Saga Menier