Devant l'Hôtel de ville de Meaux, après la fermeture des bureaux de vote, plusieurs groupes attendent l'issue du scrutin. Durant plusieurs heures, le service d'ordonnancement de la gendarmerie apporte
régulièrement les résultats des villages de l'arrondissement.
Vers 23 heures, en dépit d'une pluie battante, une foule importante écoute le commisaire de police proclamer les chiffres définitifs : M. Menier 11 843 voix élu M. Jozon 7 684 voix Dans l'ensemble de l'arrondissement,
la victoire de Menier apparaît nettement. A Noisiel sur les 81 électeurs, 75 accordent leur vote à l'industriel.
Dans le camp du perdant, la consternation laisse place rapidement à la colère, à la haine à l'égard de l'électorat Menier. Les journaux opposés à Menier se déchaînent contre le Député.
"Grâce au concours d'une armée d'agents dont la propagande restera le scandale de cette élection ;
grâce aux calomnies répandues contre le candidat républicain, M. Menier triomphe et ira représenter à la Chambre des députés la toute-puissance de l'argent.

( d'après l'ouvrage de Bernard Logre : Jozon-Menier.
Récit d'une campagne électorale)


Affiche électorale pour les législatives du 20 février 1876

 

 

 

Saga Menier