Sous la III Répubique, la presse prend un essor très important,
lié à trois facteurs principaux. En premier, il faut placer les progrès de l'alphabétisation des Français, dans les villes puis dans les campagnes, ce qui suscite auprès du public, par curiosité, la lecture des journaux. Ensuite, vient l'aspect technique : l'impression
en continu des quotidiens sur des machines rotatives permet une grande production.
Dans le combat pour la liberté de la presse, il comprend trés vite le rôle décisif que doit avoir
cette dernière dans la défense de la cause républicaine.
Au lendemain de la commun de Paris, on le vit soutenir de ses deniers nombre de quotidiens soit lors de leur lancement, soit lorsqu'ils furent l'objet de poursuites et d'amendes.
Il apporte aussi son appui à Jules Guesde, lorsque celui-ci fonde à son retour d'exil l'hebdomadaire L'Egalité, qui devint le premier journal marxiste Français.


Paru dans L'éclipse du 24 septembre 1871.
accueil

Emile-Justin Menier, grand industriel, mais républicain, échoue aux élections de février 1871 qui voient le triomphe des droites, mais connaîtra sa revanche puisqu'il sera élu député en février 1876 et ira siéger à l'extrême gauche. Or ce profil politique inspire les caricaturistes, André Gill le représente en "député de l'avenir", le dessin recycle des thèmes iconographiques appartenant à l'imaginaire de l'eschatologie politique :
Menier y est représenté sur un bateau appelé Le Noisiel, tenant à la main une longue-vue, cependant qu'à l'horizon un soleil éclatant sort des flots. Or ce soleil était un lieu commun de l'iconographie progressiste ou révolutionnaire depuis le fin du XVIII ème siècle ; il avait tantôt symbolisé la raison, tantôt la république ou bien la Révolution ou encore, tous récemment, la Commune. Mais ici, c'est de tout autre chose qu'il s'agit puisque, non sans ironie, le dessinateur a inscrit sur le soleil levant les mots "Avenir, Liberté, Commercial". C'était clairement ranger Menier dans la troupe multiforme de ceux qui, au long du siècle, s'étaient posés en prophètes de l'avenir. Et l'imputation était exacte, comme devait en témoigner son activité ultérieure de publiciste, apôtre du libre-échangisme et surtout de l'impôt sur le capital, qu'il devait défendre encore en 1876 à la tribune de la chambre, sous les huées de la droite et dans l'indifférence du camp républicain.

"Rimbaud dans le texte" Par Yves Reboul
Presses Universitaires du Mirail (2007)

 

 



 

 

Saga Menier