L’hôtel du 8 rue Alfred de Vigny construit par l’architecte PARENT sur des terrains achetés par Emile Justin Menier à Emile PEREIRE pour la somme de 600.000 F était l’un des plus beaux hôtels du nouveau quartier MONCEAU. La serre accolée à l’hôtel fut largement détaillée par Emile ZOLA dans son ouvrage : LA CUREE. Selon cette même lecture, l’ensemble faisait penser à un « nouveau Louvre », lourdement chargé en sculptures de style Napoléon III. Jules DALOU, représentant du naturalisme en sculpture et futur membre de la commission des artistes de la commune, participa à la décoration. Cet hôtel construit vers 1869 est estimé dans un acte notarié de 1870 à 1.800.500 F. Les salons de réception étaient d’une somptuosité sans comparaison à une époque ou l’ostentation était de mise. Les jours de fêtes, tout était ouvert dans l’hôtel, jusqu’aux chambres à coucher ou le luxe n’excluait pas le bon goût. Dans une salle à manger, au premier étage, était accrochée une somptueuse et unique collection de faïences. Mécène républicain, Emile Justin Menier ne manquait pas l’occasion de ravir à l’aristocratie son rôle d’arbitre dans le domaine de la production artistique. Cette ambiguïté ne manqua pas de poser problème devant une presse toujours prête à soulever les contradictions. La personnalité d’Emile Justin Menier s’en trouva affectée ; n'avait-il pas contribué à l'érection d’une statue à la mémoire de THIERS en 1878 et voté, quelques années auparavant, l’amnistie pour les communards ?

Restauration vers 1900 par la société Mon Ozeray-fils

Source texte: Jean Michel Piganiol
Mémoire de Maîtrise d'histoire. E-J-M "Baron chocolat"

 

 

Ce tableau* est réalisé dans l'un des hôtels particuliers. Le monogramme "M" présent sur les tentures atteste de l'appartenance des lieux. Oreste Cortazzo artiste peintre, à la recherche de mécènes est invité à une soirée mondaine, comme il en existait de nombreuses à Paris à la fin du XIX siècle. Présent sur les lieux, il peint de manière rapide, dans un style approximatif une caricature de cérémonie royale. Couronné, sceptre à la main et recouvert d'un manteau d'hermine, Henri Menier trône en place d'honneur. Gaston Menier est, semble t'il, bien présent, 5e en partant de la gauche.


Oreste Cortazzo le 11 Janvier 1893.
A Mr Henri Menier, souvenir d'une nuit de Royauté.
Hommage de l'auteur

* propriété Menier

 

 

 

 

 

 

 

 

accueil
Saga Menier