LA FERME DU BUISSON

La ferme du Buisson Saint-Antoine culmine l'ensemble usinier ainsi que la cité ouvrière à près de 90 mètres. Les premières traces d'activités agricoles remontent à 1705 selon un Arrêt émis en juillet par le Parlement de Paris mentionnant le nom de Gilles Bourgoin, laboureur et propriètaire de moutons. Le domaine agricole devait couvrir une superficie de 6000 m², la ferme Est, est construite en 1789 et sera conservée lors des grandes transformations.

La ferme du buisson est l'unique témoignage bâti de l'histoire agricole de Noisiel. Liée à l'histoire des Menier, la ferme du buisson est significative du projet global des industriels chocolatiers : le secteur agricole est tout aussi important
que les secteurs social et institutionnel (cité ouvrière) et que le secteur productif (usine).
La construction, engagée au début des années 1885, constitue le point d'orgue d'une décennie marquée par la restructuration du domaine de 1500 ha dont les Menier s'étaient rendus propriétaires. Le souci de gérer de façon cohérente un ensemble regroupant les terres de cinq exploitations conduit à la mise en place d'un dispositif
dans lequel la ferme du buisson est l'élément prédominant.


Ce choix se traduit par la mise en oeuvre d'un programme architectural dont la réalisation s"échelonne de 1880 à 1888. Celle-ci commence avec la construction par Louis Logre d'un vaste bâtiment à deux niveaux dit "la grange étable" qui occupe le milieu de la cours. L'édification des bâtiments encadrant la cour centrale intervient
dans les années suivantes mais le projet qui prévoyait deux granges symétriques à l'Est et à l'Ouest n'est pas mené à son terme.
La réalisation de l'ensemble s'achève entre 1884 et 1888. En 1889, la ferme est électrifiée et équipée du téléphone. Elle est dotée des machines les plus perfectionnées et les espèces sélectionnées par le laboratoire de l'usine ou acquises auprès des meilleurs élevages, permettent d'obtenir de très hauts rendements.
La réputation d'intense innovation qu'acquiert l'établissement de Noisiel lui vaut d'accueillir deux concours de machines agricoles de l'exposition de 1889 et d'être à cette occasion, visité par le président Sadi Carnot.
Suite à la vente des biens de la famille Menier en 1968, l'Etat rachète la ferme du buisson pour en faire un Centre d'art et de culture qui a ouvert ses portes en 1990.

LA GRANGE ETABLE
85 m de long, 28m de large, 23m de haut. Ordonnancement tripartite qui rappelle les arc de trionphe à trois baies et que la présence des contreforts renforce. Architecture extérieure correspondant à une distribution intérieure identique, allée centrale et, de part et d'autre, deux rangées de stalles(sol en ciment). A l'intérieur, charpente métallique d'une portée de 27m, plancher d'une surface de 2400m2. Décor extérieur, richesse dûes à l'ordonnancement des briques, rappel de certain motifs du Moulin Saulnier, bossage en pierre blanche, contreforts d'angle avec boules, dessins des baies en arc segmentaire.

B

B

B

F

F

B

B

B

G

G

D

E

D

E

E

E

G

B

GRANGE EST

Construction du XVIII siècle, 79m de long, 10 m de large, existence de deux pigeonniers, arcatures de ciment blanc soulignant les rampants du pignon, vantaux de porte en plaques de ciment imitant la menuiserie.
Les lieux sont occupés par un restaurant et par un cinéma, les photos ne présentent aucun intérêt

 

GRANGE OUEST

137m de long, 18m de large, reconstruction après l'incendie de 1884, ardoise bichrome pour la toiture avec dessin de losanges portée par trente fermes métalliques en treillis de 12m de haut, fabriquées tout comme pour le Moulin Saulnier par la maison Moisant. Portail de façade coté extérieur de la ferme, avec deux oculus,rappelle la façade de la grange-étable.

REGISSEUR

Pavillon construit en 1884 par l'entreprise Baudet Domon, celui-ci était destiné au régisseur, attenant au pavillon se trouvaient les poulaillers modèles, avec les locaux d'élevage et dans le prolongement du pavillon du personnel, la laiterie et les réfectoires des ouvriers agricoles

GARDIEN

Pavillon construit en 1884 par l'entreprise Baudet Domon, celui-ci était destiné au gardien et à la porcherie, il abritait également les ateliers d'intendance

CONCOURS AGRICOLE 1889

 

Le premier concours des machines agricoles, semoirs, etc., a eu lieu le lundi 10 juin à Noisiel, dans les propriétés mises à la disposition des agriculteurs et des industriels par MM. Menier. Les résultats ont été importants.

Le concours agricole de Noisiel a été très brillant. MM. Menier avaient mis à la disposition du jury spécial leur grand domaine de Nosiel en seine et Marne. Ce concours c'est terminé soue la présidence de M. Carnot, président de la République. Après avoir visité l'usine modèle de Noisiel, fondée en 1825,une merveille dont nous comptons faire la description, le Président, suivi d'un brillant cortège, est monté dans le train de la ligne Menier qui l'a transporté, ainsi que les invites, au concours agricole de la ferme du Buisson, où il a assisté aux nombreuses expériences de moissonneuses,moissonneuses-lieuses et faucheuses,etc. M. Carnot, après avoir passé sous un gracieux arc de triomphe fait avec des gerbes et des trophées de fourches, s'est rendu à la ferme du Buisson où il a été accueilli par Madame Menier mère et Monsieur Gaston Menier. M.Carnot a offert son bras à Madame Menier mère et a visité attentivement les divers bâtiments de la ferme. Ensuite M. Carnot s'est rendu sous la tente du jury installée dans les champs et, prenant des mains de M. Faye une croix du Mérite agricole, il a décoré Madame Menier mère en lui disant : " C'est vous, madame, qui êtes la véritable créatrice de cette ferme vraiment modèle, c'est vous que la dirigez de la façon la plus active. Cette croix n'est que la récompense d'une partie de vos efforts dévoués." M. Carnot a été conduit à la gare dans un superbe landau attelé en poste et conduit par des postillons venus de l'Aisne, où MM. possèdent de grandes propriétés. A 6 heures et demis a eu lieu un superbe banquet servi par la maison Petel et Chabot et offert par MM. Henri, Gaston et Albert Menier, banquet qui comprenait pas moins de 650 couverts. Nous avons remarqué au passage à Noisiel, MM. Faye, M. Foucher de Careil, ministre de l'agriculture; Yves Guyot, ministre des travaux publics, Léon Say, Jules Ferry, etc. Au banquet M. Foucher de Careil a porté aux applaudissements de tous, la santé de Madame Menier mère et de M. Gaston Menier. La famille Menier continue, comme on le voit, dignement la voie qui lui a été tracée par le regretté économiste Emile-Justin Menier, dont le souvenir est si cher à tous ceux qui l'ont connu et aimé.

Revue libérale (Paris. 1889).

 

 

 

Saga Menier