Accédez à l'arbre
généalogique des Menier

  La valeur du Franc durant la deuxième moitié du XIX siècle correspond à 3 Euros
1108
De mémoire de Noisieliens, il y avait toujours eu un moulin à Noisiel [ Noizielle en 1668].[Noifielle en 1744]
Le "molendinum" est cité sous le règne de Philippe 1er de 1060 -1108 dans un acte par lequel Gilbert Payen de Garlande cède la terre et seigneurie de Noisiel à l'abbaye de Saint-Martin-des-Champs, important établissement clunisien de la capitale. Période encore plus lointaine, sous la domination romaine, Noisiel portera le nom de Nucetulum.
1137
La date retenue pour la construction du moulin, construit sous le règne de Louis VI le Gros, roi de France de 1108 à 1137. Il sera cédé à l'abbaye de Chelles en 1157. Il est, à cette époque, posé sur deux piles.
1422
Charles VI, débiteur envers Augustin Ysbarre de 3000 livres [que celui-ci lui avait prêtées], le rembourse au moyen des biens confisquées sur Barthélemy Spifame, banquier lombard et propriétaire de biens situés à Paris, rue des Lombards et à Noisiel, près du port.
La famille Spifame établie à Paris dès 1350 est originaire de Lucques, en Italie.
1665
Anne de Fabert, épouse le 1er Novembre Yves-Mallet, conseiller au parlement de Paris. Ils auront deux fils nés en 1667 et 1668.
1670
Yves Mallet, fermier-général est seigneur de Luzart et du Buisson Saint-Antoine. Henri IV avait érigé en franc-alleu la seigneurie de Noisiel qui était, une terre de mainmorte.
1705
La ferme du Buisson Saint-Antoine culmine l'ensemble usinier ainsi que la cité ouvrière à près de 90 mètres. Les premières traces d'activités agricoles remontent à 1705 selon un Arrêt émis en juillet de cette même année par le Parlement de Paris, mentionnant le nom de Gilles Bourgoin, laboureur et propriétaire de moutons. Au village de Noisiel, la population est de 40 habitants.
1707
Yves Mallet disparaît, laissant son fils, Louis, qui était conseiller au Parlement, maître des lieux. Nous pensons que Louis Mallet n'eut pas de postérité.
1725
Juillet Marie-Magdelaine Lombard, épouse de M. Yves-Louis-Dieudonné Malet du Luzart, Chevalier Seigneur de Noisiel, mourut à Paris, âgée d'environ 58 ans.
1738
Mort de Louis Mallet agé de 70 ans
1739
Une dame de Sommerset était dame de Noisiel qu'elle revendit en 1758 à M. de Jonville.
1758
La terre de Noisiel appartient à M François de Jonville, Gentilhomme Ordinaire du Roi, "envoyé extraordinaire" en République de Gênes.
1779

"Noisiel est une Paroisse du domaine de Lagny située sur la rive gauche de la Marne à quatre lieues et demies de Paris, sur la pente du coteau qui regarde la rivière. Torcy n'est qu'à une demi-lieue et Lagny à une lieue et demie. Le pays est couvert de quelques bocages, entremêlé de labourages et de vignes. Il y a également un port pour le bois. L'église est sous le "titre" de Saint Médard, Évêque de Noyon. L'ancienne a été détruite du temps des guerres de la ligue ; celle d'aujourd'hui, plus petite, a été bâtie par Jean de Tremblay, le premier des seigneurs laïques qui ait possédé cette terre. Un autre seigneur nommé Ives Mallet en a construit la sacristie et les deux chapelles vers 1670. Les "Prieurs" de Gournay ont possédé cette terre pendant 500 ans. L'origine des mots Noiseau, Noisiel, Noisy, vient de la grande quantité de Noyers que l'on trouvait à cet endroit".

Dictionnaire historique de Paris et de ses environs : Hurtaut, Magny

1790

Installation des Menier, originaires de la Chapelle sur Loire. Commune du canton de Bourgueil, arrondissement de Chinon, à 40 kilomètres de Tours et à 10 de Bourgueil. Avant la révolution, la Chapelle sur Loire [anciennement la Chapelle Blanche en 1793] était dans le ressort de l’élection de Saumur et faisait partie de l'archiprêtre de Bourgueil, diocèse d'Angers. En 1793, elle dépendait du district de Langeais.

1795
Naissance de Jean-Antoine Brutus Menier à Bourgeuil le 17 mai (département 37) en Indre et Loire.
1816
1er Octobre; Menier est à Paris, il entre au Val-de -Grâce.
1816
Jean-Antoine Brutus Menier épouse Marie-Edmée Virginie Pichon le 24 février. Elle lui apporte une dote confortable et des relations dans le milieu du commerce. Jean-Antoine Brutus Menier s'adonne au négoce des vins de Touraine, il est également le représentant des affaires commerciales de son père dans les spiritueux.
1816
Création de Maison centrale de droguerie Ménier au capital de 16 000 F, il demeure 13 rue Bar-du-Bec depuis 1815.
1818
Voici Madame de Chateaubriand installée chez son amie de prédilection, Madame de Lévis. Telle est son intimité avec la "bonne duchesse" qu'elle se regarde à Noisiel comme chez elle et invite ses amis à l'y venir rejoindre. Lettre écrite en octobre 1818 par Madame de Chateaubriand , extraite des"correspondances de J.Joubert" à l'intention de Mr de Clausel : j'apprends votre arrivée par Madame Joubert ; j'ai fait part de cette bonne nouvelle à la maîtresse de ces lieux [ duchesse de Lévis], qui me charge de vous sommer de sa part de venir nous voir à Noisiel. Monsieur de Chateaubriand, que revient samedi, vous amènera, et la voiture vous reconduira le soir à Paris.
1821

Jean-Antoine Brutus Menier occupe le magasin 1er de "la rue du Puits qui parle" depuis 1818; il dispose d'une meule à bras dont il se sert pour préparer des poudres médicamenteuses. L'activité grandissante, Jean -Antoine Brutus aura jusqu'à 20 chevaux pour actionner ses meules. Il n'est pas pharmacien, mais le période troublée de la première restauration est propice à toutes les audaces. I l est encore répertorié dans " l'Annuaire raisonné de l'industrie des premiers artistes et fabricants de Paris" comme négociant en vins.

1822

Le châtelain de Noisiel, Gaston-Pierre Marc de Lévis est alors le propriétaire du moulin.
Mis en vente le 17 septembre, le moulin, ainsi qu'une pièce de terre dite "Pont de Noisiel", trouvèrent acquéreur en la personne du sieur Grand-Besançon, Commissaire en chef des poudres et salpêtres du Roi et de son épouse Rose Raison.

Le moulin en 1817

1824
Location par Jean- Antoine Brutus, à la mi-décembre du moulin situé sur la commune de Noisiel pour un loyer de 5 680 F, que les propriétaires [ MM Grand-Besançon et Raison] avaient mis au chômage 2 ans plus tôt. Le bail est de 15 années. La location comprend également une pièce de terre dite "Pont de Noisiel" d'une superficie d'1 hectare et 67 ares. Une des particularités du moulin est, qu'il utilise la force des eaux toute l'année, grâce à sa roue "pendante" [qu'il lui permet de s'adapter à la Marne] sa force motrice avoisine les 32 chevaux.
1825
Auger (L.-R.), Chocolatier, inventeur de mécanismes servant à la fabrication de chocolat est au début du XIX siècle le fournisseur des cours de France, de Russie et Autriche. Il apporta à la fabrication du chocolat un haut degré de perfectionnement depuis plus d'une quarantaine d'années.
Il possède une fabrique au N° 33 de la place du marché Saint-honoré qu'il revend après avoir fait faillite en 1819 à Mr Dumont. Auger remonte une autre société avec Mr. Vulfingh rue de la sourdière.
Le 1er Avril 1825, Auger et Vulfingh cèdent leur Fabrique ainsi que les procédés de fabrication "Auger et Compagnie" à Jean-Antoine Brutus Menier et Richer demeurant rue du puits au Marais. La boite de conditionnement des chocolats est encore octogonale comme celle qu'utilisaient Auger et Vulfingh.
1825
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 16 Tonnes, pour une production nationale de 200 Tonnes.
1825
Arrivée des Menier à Noisiel. Jean-Antoine Brutus Menier décide de décentraliser l'unité de production sur les bords de Marne. L'atelier de pulvérisation est transféré à Noisiel et, immédiatement, la puissance énergétique que fournit le moulin permet d'améliorer la fabrication des substances les plus variées. A cette époque, au village de Noisiel sont recensés 136 habitants.
1826

Naissance d'Émile Justin Menier à Paris le 18 mai.

1827
Équipement en machines du site de Noisiel. Dominique Girard installe une roue-hélice à la place de la roue "pendante".
1827
La vie n'est pas facile avec les riverains. C'est que les travaux effectués, le passage quotidien des voitures sur la voie qui dessert la fabrique perturbe le calme du village. Jean-Antoine Brutus Menier ne se contente pas d'une défense passive, et ne tarde pas à prendre des initiatives comme dans le conflit qui l'oppose au plâtrier Noël, son voisin le plus proche : il écrit au Préfet et expose tant de griefs que le représentant ordonne une enquête. L'autorité demande l'avis des propriétaires de la commune. Comme cela est souvent le cas lorsqu'il faut défendre des intérêts communs, l'union fait face à "l'envahisseur" et les propriétaires soutiennent le plâtrier.Jean-Antoine Brutus s'en souviendra.
1829

Noisiel et son port à l'arrivée des Menier 4 ans auparavant.

L'activité portuaire y est importante et révélée par la présence d'un marnois avec sa voile et ses haubans.
Celui-ci transportait d'importantes quantités de matériaux à destination de Paris.

1830
En Juillet, ouverture d'un nouveau siège au 37 rue des Lombards à Paris. Menier est associé à Adrien.
1830
Nicolas-Alphonse Laurent frère du chimiste Auguste, devient contremaître de l'usine et maire de Noisiel.
1831
Visite des commissaires de la Société d'Encouragement pour l'Industrie Nationale. Cette dernière examine inventions et perfectionnements, susceptibles de bénéficier de récompenses et autres prix. Pour 1931: 13 médailles d'or, 14 en argent et 33 en bronze. Les sommes versées s'élèvent à 11,737 Frs.
1832
Juin 1832, M. Amédée-Durand au nom de la commissions, lit un rapport sur l'établissement de Noisiel appartenant à MM. Menier et Adrien. Rapport concernant la pulvérisation en grand par des moyens mécaniques de diverses substances. "Les comités des arts mécaniques, chimiques et économiques réunis ont l'honneur de décerner à MM. Menier et Adrien une médaille d'or de seconde classe pour un établissement unique en son genre, remarquable par la simplicité des procédés qui y sont mis en pratique, par l'ordre qui y règne, et par la multiplicité et la beauté des produits qui s'y confectionnent."
1832
Publication du premier Catalogue Prix Courant, il y en aura 3 autres du vivant de Jean-Antoine Brutus, en 1834, 1839 et 1845. Ce catalogue recense tout ce qui est fabriqué par la maison Menier. C'est le plus ancien instrument de vente et de promotion, on y trouvera de véritables "spots" publicitaires et des annonces sur les publications spécialisées liées aux domaines médical, pharmacologique et toxicologique.
1834
Médaille d'or à l'exposition nationale des produits de l'industrie décernée à Ménier et Adrien pour la mise au point d'un nouveau procédé de perlification de l'orge.
1834
Création d'une nouvelle commandite au capital de 300.000.00 francs "Société Menier et Compagnie".
1835

Collaboration avec Marcelin Berthelot, créateur de la thermochimie et chimiste de la maison Ménier.

Engagé à l'âge de 33 ans et sans laboratoire. Le contrat proposé lui accordait 6.000 F par an, à charge pour lui de se rendre à Noisiel chaque semaine afin de conseiller et d'ordonner les préparations. C'est sûrement grâce à ce laboratoire et donc à Noisiel qu'il réalise pour la première fois le 01 janvier 1862 la synthèse de l'alcool qui marque le début de la chimie organique. En 1863, Marcelin Berthelot était nommé au Collège de France et abandonnait sa collaboration à la maison Menier.

1836

Le 8 septembre, Jean-Antoine Brutus Menier lance sur le marché la fameuse tablette de chocolat enrobée de papier jaune. Jusqu'à cette époque, le chocolat était moins une denrée alimentaire qu'un complément de santé.
"Faire distinguer, d'une manière complète, les produits de sa fabrique, avec une enveloppe et une étiquette, fac-similé des médailles jusqu'alors inconnues du commerce
.A cette époque encore, la publication de la "Société d'agriculture, sciences et arts de Meaux" répertorie l'activité de Jean-Antoine Brutus de "Fabricant de produits chimiques".

Cette signature engage le fabricant aux yeux du public et plus-tard sera une garantie contre les contrefaçons. D'après Julien Turgan(les grandes usines, Études industrielles en France et à l'étranger 1870) l'idée en était encore neuve, puisque les règles qui régissent la propriété des marques de fabriques ne seront définies que par la loi du 23 juin 1857. Antoine-Brutus Ménier effectua son premier dépôt légal de modèle le 2 août 1849 au greffe du conseil des prud'hommes.

1838
Grâce à des capitaux frais, le moulin est devenu la propriété des Menier pour la somme de 117.950 F.
En avril de cette même année, en effet, de nouveaux commanditaires sont entrés dans une société renouvelée aux assises financières plus larges : la Maison Centrale de Droguerie est née.
1839
Distinction à l'exposition nationale des produits de l'industrie.
1839
La jalousie n'est pas l'unique souci auquel est confronté Jean-Antoine Brutus Ménier, l'interprétation qu'il fait de la loi oblige cette dernière par l'intermédiaire du tribunal de Paris à appliquer des sanctions
1841
13 ouvriers sur le site de Noisiel. Soit 10% de la population de Noisiel.
1842
Confronté aux reproches de ne pas être pharmacien, Menier y répond en passant ses examens.
1842
Refonte du Moulin et essor véritable des Établissements Menier. Visite de la "Société d'agriculture, sciences et arts de Meaux" et remise de médaille pour une activité toujours croissante et de qualité, ainsi que l'innovation permanente apportée dans dans les équipements du moulin. En effet, c'est une usine entièrement réédifiée, un mois s'est écoulé depuis le nouveau mécanisme construit par M. Antiq, mécanicien et fondeur à Paris et la construction du bâtiment par M. Dutreuil, entrepreneur à Chelles.
1842
Année faste pour la Chocolaterie, marquée également par la maladie d'Antoine Brutus Menier. Longue et épuisante course à la croix de chevalier de la Légion d'honneur.
1842
Désengagement progressif du fondateur au profit de son fils Émile Justin.
1844
Menier possède 800 comptes clients et 75 employés dans l'Établissement parisien. Chiffre d'affaire de la maison Menier; 2 millions de francs.
1845

Jean-Antoine Brutus Menier édite en 1845 son catalogue prix courant,qui recense tout ce qui est fabriqué par la maison Menier. On y trouve principalement des produits destinés aux pharmaciens ainsi que des articles de droguerie. La production chocolatière n'est encore mentionnée à cette date que comme activité complémentaire. La quantité produite n'est alors que de 2.tonnes par jour en France.

1846
17 ouvriers sur le site de Noisiel, pour 113 habitants à Noisiel.
1849
Antoine-Brutus Ménier effectue son premier dépôt légal de modèle le 2 août 1849 au greffe du conseil des prud'hommes, suivant l'article 18 du décret du 22 germinal an XI, au greffe du tribunal de commerce de Paris. Enregistrement dans la société des deux enfants Menier, sa fille Honorine-Virginie et son fils Emile-Justin
1849
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 396 Tonnes .
1849
Nouveau siège parisien au 37 rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, édifié sur des terrains achetés en février 1848, cette immeuble de trois étages est réalisé par l'architecte Bonneau.
1850
Mariage d'Emile-Justin avec Claire-Henriette-Clémence Gérard. L'entreprise Aubert et Gérard domine le marché du caoutchouc, la participation des Menier au capital de l'entreprise n'est qu'une affaire de temps.
1851
Visite du nouveau siège parisien Menier par le Président de la République Louis Napoléon Bonaparte. La même année, en décembre, Jean Antoine Brutus Menier sera invité à l'Élysée pour la réception fêtant le plébiscite du vote du 21 décembre ou Menier vota oui, transporté sur une chaise à porteurs car atteint de goutte.
1851
Après le coup d'État du 2 décembre, la bourgeoisie parisienne et industrielle demanda audience auprès de l'Elysée afin de remercier le président de la République d'avoir assuré la sécurité du pays et donné un avenir au travail. Ce groupe de délégués obtint satisfaction le 20 décembre, il comprenait Jean Antoine Brutus Menier, ardant partisan de Louis-Napoléon Bonaparte, venu exprimer la reconnaissance de Paris pour le coup d'Etat
1852
La prise de pouvoir en Mars d'Émile Justin Menier consacre la naissance d'un projet d'entreprise nourri aux valeurs du libéralisme.
1852
Édification d'un nouveau moulin par Jules Bonneau, un pilier est rajouté côté berge
1852
Perfectionnement apportés au bleu servant a azurez le linge par Mr. Perrot pharmacien domicilié chez Menier à Paris au 37 de la rue Sainte-Croix de la Bretonnerie. Brevet numéro 14278 du 10 aout 1852
1852
Jean-Antoine Brutus Menier est frappé d'une attaque de paralysie le 16 Mars.
1853
Mise en place de turbines de 80 chevaux sur le site de Noisiel par l’ingénieur Louis- Dominique Girard.
Première application d’un système novateur qui propose d’utiliser l'immense force vive que possèdent les fleuves et les rivières en mouvement
1853
Le 1 Janvier un décret impérial nomme J-A-B Menier Chevalier de la Légion d'Honneur.
1853
Mort de Jean-Antoine Brutus Menier, le 19 décembre dans sa maison du 19 rue Singer à Passy.
1853

Naissance d'Henri Menier le 14 Juillet.

1853
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 400 Tonnes .
1854
Acquisition et aménagement du "petit château" à Noisiel.
1855

Naissance de Gaston Menier le 22 mai.

1855

La Pharmacie Centrale est primée à l'Exposition Universelle à Paris. Les commentaires qui accompagnent les distinctions qu'Émile Justin Menier reçoit ne sont pas sans intérêt. Pour les produits pharmaceutiques, il reçoit la Médaille d'or "M. Menier est à la tête d'un établissement de pharmacie et de droguerie tout à fait hors ligne. Cet établissement fondé depuis 39 ans, et qui n'a cessé de s'étendre et de se perfectionner, est le premier en France où ait été introduite la manipulation en grand des produits pharmaceutiques, et notamment des poudres et des extraits...." Mais les Menier ne se distinguent pas uniquement dans la préparation des poudres, Jean-Antoine Brutus Menier avait eu l'idée, pour fabriquer les extraits, d'utiliser les appareils mis au point par l'industrie sucrière, et qui évaporant le suc des plantes dans le vide, donnaient des concentrés de bien meilleure qualité. A cette même exposition, on remarque un moteur hydraulique d'une force de 80 chevaux, la turbine verticale sans directrice ou roue-hélice, récemment inventée par l'ingénieur Girard vient d'être mise en place à Noisiel, la puissance utile a donc triplé.

Mais pour le chocolat, c'est tout autre chose, "M. Menier dispose de puissants moyens de production, il peut fabriquer annuellement 500 Tonnes de chocolat. Le triage et la torréfaction de ces cacaos ne laissent rien à désirer. M. Menier pourrait néanmoins améliorer la qualité de ses produits en évitant tout broyage fer contre fer, et en isolant plus complètement les ateliers de fabrication du chocolat de l'usine de pulvérisation de produits pharmaceutiques, dont quelques émanations peuvent parfois altérer l'arôme délicat du chocolat".

1855
Construction d'une vaste maison bourgeoise à l'entrée de l'usine, baptisée "petit château".
1856
1857
Le 16 novembre 1857, au secrétariat de la préfecture du département de la Seine, le "Sieur" Menier Émile-Justin, représenté par le Sieur Gastine, à Paris, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie au n°37, dépose un brevet concernant une machine à broyer le cacao dans la fabrication du chocolat. Numéro d'enregistrement n°1235
1858

Naissance d'Albert Menier.

1858
La production à Noisiel est de 1 118 Tonnes de chocolat.
1859
Fondation d'un prix de 500 francs décerné chaque année à l'école supérieure de pharmacie, sous le nom de "Prix Menier", puis un autre prix décerné par la Ligue de l'enseignement, et concourut, en 1864, a l'organisation des cours de chimie pratique du Muséum.
1859
La société Grant et Cie obtient de la Ville de Paris la concession des kiosques à journaux et des urinoirs, construits d'après les modèles du service des promenades et plantations. Les kiosques doivent être éclairés de l'intérieur afin de permettre l'apposition d'affiches peintes. A partir de 1865, on compte 300 kiosques à journaux dans Paris. Ce modèle de kiosque servira au publicitaire de la maison Menier pour la réalisation du Kiosque musical d'Henri Lioret, premier exemple de publicité parlante.
1860
Le dix Mars, institutionnalisation et réglementation par l'instruction publique du concours pour le prix fondé par M Ménier à l'école de pharmacie de Paris.
1860
Le premier bateau de la flotte Menier, le "Noisiel", naquit à Honfleur . Brick de 154 tonneaux, il fut revendu en 1879 et fit naufrage en 1896.
1860
Dès 1860, Jules Saulnier avait commencé à aménager pour le personnel quelques bâtisses anciennes situées auprès de l'usine et à construire un bâtiment nouveau qui abritera une cantine et sa cuisine plus quelques logements. L'usine est reconstruite selon un plan nouveau ; les travaux dureront 3 ans, sans interruption bien sûr, de la fabrication et vont donner à l'établissement un visage nouveau à l'exception du Moulin qui sera, lui, reconstruit un peu plus tard.
1860
Construction du bâtiment du Personnel.
1860

Mr. Carteron est maire de Noisiel, il propose à Mr. Le duc De Lévis de déplacer le lavoir public établi sur le ru Maubuée que celui-ci fit construire pour le bien être des habitants. Le nouvel emplacement choisi est la rue de Noisiel, en face du château, dans l'enceinte de l'usine Menier. En contrepartie, charge à Émile Justin Menier d'ériger au dessus du lavoir une salle de réunion communale. Sur des plans de l'architecte Jules Saulnier, l'ensemble inauguré en 1861 est généralement appelé " Mairie lavoir ". Cette mairie cessa de fonctionner en 1890 et fut démolie en 1899.

1860
Charles Tellier commande à l'Usine Cail, pour la maison Menier un appareil utilisant pour la première fois un distributeur de froid sous forme d'un courant de liquide incongelable. La machine frigorifique à absorption peut fonctionner non seulement avec l'ammoniaque, mais encore avec l'éthylamine, la triméthylamine et l'oxyde de méthyle. Aucun de ces liquides n'existe dans l'industrie, Tellier parvient à les produire industriellement. L'odeur repoussante des deux premiers les fait abandonner; mais l'oxyde de méthyle donne de bons résultats. C'est avec lui que l'inventeur peut construire la première réserve pour conserver les aliments par le froid en 1862.
1861
Construction de la Pharmacie Centrale à Saint-Denis par Jules Saulnier.
1861
Émile-Justin Menier est promu Chevalier de la Légion d'Honneur le 14 août 1861
1862
Achèvement de la construction de la Pharmacie Centrale de Saint-Denis
1862
Probablement conduit par des considérations de deux ordres, d'une part, les cours du cacao fluctuant, d'autre part, les aléas de la production et de la navigation, Émile Menier achète 1 500 hectares de terre au centre du Nicaragua entre Nandaïme et Rivas ; un climat humide mais sain, une main-d'oeuvre abondante, un port sûr et spacieux, de plus un canal en perspective. Le choix d'un tel emplacement ne fut pas le fruit du hasard. Menier conciliait son intérêt personnel et celui plus spéculatif du canal interocéanique par l'isthme du Nicaragua.
1862

Apports importants de capitaux de la famille Menier dans la fabrique de caoutchouc Aubert et Gérard située à Harburg. Cet apport est lié à la découverte sur le sol d'Amérique centrale (là même ou Menier possède des plantations), de la présence d'hévéa, l'arbre à caoutchouc. Les événements historiques (guerre de Prusse) et la fusion avec l'entreprise autrichienne Reithoffer provoquèrent des tiraillements au sein de la famille Menier. Émile Menier reprit l'usine de Grenelle, 7 rue du Théâtre, près de la ligne de chemin de fer qui suit la rive gauche de la Seine.

1862
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 1.800 Tonnes.
1863
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 2.400 Tonnes, pour 170 ouvriers sur le site.
1863
Achat du moulin de Torcy afin d'éviter les conflits.
1863
En 1863 l'usine de Noisiel se consacre à la fabrication du chocolat, pour devenir exclusivement produit de ménage en 1867, après la revente à François Dorvault du secteur pharmaceutique associé à l'établissement
de Saint Denis.
1864
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 2.100 Tonnes, pour 155 ouvriers sur le site.
1864
Construction des ateliers de dressage.
1865
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 2.213 Tonnes.
1865

Émile -Justin Menier achète à nouveau 6 000 hectares de terre en bordure du lac de Nicaragua. Le "Valle Menier" et " Sant Emilio" ce sont les noms des deux propriétés distantes de 50 kilomètres.
Trois cents indigènes y défrichèrent les terres couvertes de forêt vierge. Les gros travaux d'irrigation et de nivellement sont entrepris sous la direction d'un ancien employé de la rue Sainte Croix de la Bretonnerie, M. Schiffman ingénieur chimiste.

1866
Si l'hydraulique a été prépondérante à Noisiel, il s'est cependant avéré nécessaire de relayer les roues et les turbines par d'autres moteurs moins tributaires des conditions climatiques. Il semblerait que dès 1839, Menier ait fait appel à HERMANN, constructeur de machines de MAUDSLAY pour s'équiper de machine de faible puissance [de 2 à 8 chevaux] actionnant des cylindres à broyer. Cette première intervention de la vapeur pourrait n'avoir joué qu'un rôle marginal. Lorsque Jules Saulnier intervient sur le site de Noisiel en 1860, il entreprend un grand nombre de réalisations, Le Moulin étant le point d'orgue en 1872, mais il fait également entrer dans la cour principale en 1866 un édifice à pans coupés et charpente métallique abritant des machines à vapeurs. La politique énergétique étant de diversifier les sources d'énergie. En cas d'insuffisance hydraulique, 2 machines à vapeur viennent suppléer les turbines à eaux. Toutes les transmissions peuvent alors être simultanément ou séparément mises en mouvement par l'une ou l'autre des énergies. Les deux machines sont monumentales et actionnées par balancier avec détente variable et condensation, elles développent une puissance de 140 chevaux.
1866
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 2.500 Tonnes. pour 345 ouvriers sur le site.
1866
Construction des ateliers de torréfaction.
1867
Émile -Justin Menier échoue dans un projet de création d'une école de pharmacie pratique.
1867
Le 25 septembre la Pharmacie Centrale de France devient propriétaire de l'usine Menier de Saint Denis et de la Maison de commerce Menier située rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie.
1867
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 2 635 Tonnes.
1867
350 ouvriers sur le site de Noisiel. La dénomination "d'ouvrier chocolatier" apparaît dans les registres d'État Civil de Noisiel, après la cessation de l'activité pharmaceutique et la revente de l'usine de Saint Denis.
1867
Le rapport fait à l'occasion de l'Exposition Universelle conclut : "Depuis 40 ans que l'usine existe, aucune tentative de grève ou de coalition n'a eu lieu. Un règlement spécial réserve à l'ancienneté la place de chef d'atelier ou de chef d'équipe et, par la suite, les augmentations de salaire ; ce qui établit une hiérarchie fondée sur des droits accessibles à tous ; les ouvriers apprécient le patronage dont ils sont l'objet ;
leurs salaires excèdent en général leurs besoins ordinaires".
1867
En janvier, la première machine frigorifique à gaz liquéfié, celui-ci, successivement liquéfié par compression, puis vaporisé par détente, demeurant indéfiniment le même, grâce à un cycle fermé de transformations. Cette idée géniale est réalisée en 1868 avec le gaz ammoniac, et la première machine acquise par M. Menier.
1868
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 3.257 Tonnes.
1868
Construction d'un premier barrage en amont de l'île.
1868
Brevet déposé concernant le procédé de conservation des betteraves, Le froid est obtenu de deux façons, soit en employant le froid naturel, soit en employant le froid artificiel. Le meilleur résultat consiste à combiner les deux moyens, c'est-à-dire à profiter des basses températures de l'hiver pour amener les betteraves à 2 ou 3 degrés, et à n'utiliser le froid artificiel que pour prolonger cet état, jusqu'à complet épuisement de l'approvisionnement.
1869
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 3.846 Tonnes.
1869
La société d'encouragement de l'industrie plébiscite l'organisation spatiale et la fabrication du chocolat
durant sa visite à Noisiel
1869
Achat de la sucrerie de Roye dans la Somme.
1869
Jules Saulnier étudie la possible transformation du Moulin de Noisiel. Plutôt de modifier l'existant il propose la reconstruction d'un édifice à ossature métallique façonné par des briques.
1869
Construction d'un hôtel particulier, 8 rue Alfred-de-Vigny à Paris, quartier Monceau.
1869
Étroite collaboration avec l'ingénieur Jules Logre.
1870
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 3.023 Tonnes.
1870
Construction d'un hôtel particulier, 5 avenue Van-Dyck à Paris.
1870

Construction d'une usine à Londres.49, 51 et 53 Southwark Street

1870
Républicain avancé, ami de Gambetta, apparemment proche des idées radicales, Émile Justin Menier se lance dans la politique. Il est, en effet, élu conseiller général de Meaux jusqu'en 1877.
1870
Guerre franco-prusienne, Émile Justin Menier publie "Théorie et application de l'impôt sur le capital" et "La réforme fiscale".
1870
Transformation de la chocolaterie en hôpital lorsque les armées allemandes parvinrent aux portes de Paris (Guerre contre les Prussiens). Noisiel était occupée par la 4eme ambulance wurtenbourgeois du 1er régiment d'infanterie, composée d'un médecin chef et de 4 médecins traitants qui était arrivée avec des renseignements tellement précis qu'ils savaient ou installer les blessés, connaissant les ateliers chauffés qui pouvaient contenir les malades, sans qu'il soit besoin de les leur indiquer, tout était prévu grâce à leur service d'espionnage. Cette ambulance arrivée le 29 septembre ne repartira que le 11 mars 1871. Néanmoins, la chocolaterie continuera la transformation de cacao, alimentant le négoce parisien pour la revente en province. Dans le même temps, l'administration municipale de Noisiel est délocalisée à Paris au 37 rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, elle répond aux besoins d'une partie de la population ayant fuit devant l'ennemie. Ménier, offrira à la commission des maires et administrateurs provisoires des départements de Seine-et-Oise et de Seine-et-Marne la somme 3.000 Fr pour le secours aux réfugiés de Seine-et-Marne et plus particulièrement aux administrés de Noisiel.
1871
Introduction des premières machines à écrire Remington au sein de l'entreprise Menier
1871
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 2.309 Tonnes.
1871
2ème tranche d'édification de la nouvelle usine jusqu'en 1874.
1871
Le 30 Avril, Émile Justin Menier est élu Conseiller Municipal et le 15 Mai, maire de Noisiel jusqu'en 1881. Les Menier resteront maires de la commune de Noisiel sans interruption jusqu'en 1959.
1872
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 3.816 Tonnes.
1872
Construction d'un deuxième barrage à déversoir mobile conçu par Louches-Desfontaines.
1872
Achèvement du Moulin par Jules Saulnier commencé en 1871. L'ossature métallique pèse environ 700 tonnes, recouverte de briques émaillées du système Émile Muller.
1872
1873
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 4.735 Tonnes.
1873
Albert et Gaston montèrent à l'assaut du Mont Blanc, c'était encore une aventure, le brevet de Gaston porte le numéro 516; Albert, pris du mal des montagnes, s'était arrêté vers 4000 mètres. Avec un guide de la famille Balmat, et quelques porteurs, les conditions n'étaient quand même pas trop mauvaise. Sur la photo, durant un voyage à Vevey en Suisse en 1873. Gaston est à gauche, au centre Albert; a droite Khomiakoff.
1874
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 5.548 Tonnes.
1874
Construction par M. Gastellier, le président de l'Union céramique et chaufournière de France, d'un four du système Hoffmann, pour cuire les briques nécessaires à la construction de la cité ouvrière. Ce four a quatorze compartiments de 4m, 80 de longueur sur 3m, 50 de largeur, et 2m,75 de hauteur . Sa contenance totale est de 635 mètres cubes, il peut cuire annuellement 5.5oo.ooo briques. Ce four temporaire, qui sera démoli après la réalisation de la cité, est construit volontairement dans des conditions toutes spéciales d'économie, avec des murs simples adossés contre la terre, et nullement protégés par une couche de sable ; la déperdition de chaleur est donc importante, cependant l'économie de combustible réalisée reste considérable par rapport aux anciens fours.
1874
Début de construction de la cité ouvrière à Noisiel avec 66 maisons. Émile Justin envoya préalablement son fils Gaston et Jules Logre en Angleterre à Saltaire pour se faire une opinion de ce qui se faisait de mieux en Europe selon les spécialistes du moment.
1874
Avant 1876 les enfants de Noisiel suivent leur scolarité à l'école confessionnelle de Champs sur Marne.
L'industriel convaincu des vertus de l'instruction laïque eut à coeur d'en finir avec cette situation.
La cité encore en travaux, a lieu la pose de la première pierre des " écoles de l'usine de Noisiel".Ces écoles fondées par Menier qui les regarde à juste titre comme une dépendance étroite, comme le complément indispensable de son usine, sont les premiers édifices publics élevés dans la cité. Les tables et les chaises sont d'un modèle tout à fait particulier, les tables sont isolées et construites de façon à ne pouvoir remuer.
Ce mobilier conçu par Lenoir apparaissant dans un document de l'exposition universelle de 1878 sera généralisé dans l'enseignement public. A l'école se trouve une salle-bibliothèque où les ouvriers peuvent venir le soir.
L'école gardienne (on dirait aujourd'hui l'école maternelle), où la méthode Froebel est enseignée,
possède un mobilier spécial. Friedrich Froebel avait développé une méthode d'enseignement basée sur l'observation, le jeu et la vie au grand air. L'intérêt est de susciter ces jeux en augmentant graduellement les difficultés. A cet effet il existe tout un matériel fonctionnel de boîtes d'architecture, de lattes de bois, de cubes, de triangles. De même on les initie à l'assemblage, au pliage, au découpage, au tissage, en ayant toujours soin de ne pas les étouffer. Accusé de semer l'anarchie et le socialisme, il dût se réfugier en Suisse, où il créa une école expérimentale.
1875

Cour principale de l'usine Menier de Noisiel

1875
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 6.564 Tonnes.
1875
Émile Justin Menier fonde le 15 novembre la revue bimensuelle "La réforme économique".
1876
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 7.679 Tonnes.
1876
Dépôt d'un brevet(115.857) de 15 ans ayant pour objet l'emploi du froid artificiel au refroidissement ou durcissement du chocolat. Un autre brevet (116.192) est déposé concernant les fils électriques pour l'éclairage.
1876
Émile Justin Menier, le 10 février, est élu député (républicain) de Seine et Marne jusqu'en 1881. Avec 11.853 voix contre 7.684 pour Mr Jozon, Menier bat le député sortant.
1876
La fondation de la cité suscitait de nouveaux besoins en terme de bien de consommation auxquels les seuls marchés libres du jeudi et du dimanche ne pouvaient suffire. Pour parer à cette carence, le choix d'Émile Justin se porta non sur la création d'un économat mais d'une coopérative plus en accord avec ses principes politiques et sociaux.
1876
Mr Gobin prend la direction de l'école primaire de Noisiel, fondée par Ménier, le 1er janvier 1876 jusqu'au 15 janvier 1890. Mr Gobin est rétribué en partie sur les fonds propres des Ménier et en partie par la commune. Cette école privée n'en reste pas moins assimilée donc assujettie aux contrôles de l'administration publique.
1876
La population de Noisiel passe de 200 à 700 habitants.La cité est composée de 2 rues parallèles dont l'une dessert 40 maisons.
1877
Première alerte, Emile Justin Menier, l'ex-député de Seine-et Marne, a été frappé d'une attaque d'apoplexie. Il était en wagon avec son fils, Henri Menier, se rendant à Paris, lorsqu'il fut subitement atteint. Son fils s'empressa d'appeler au secours et, quand le train s'arrêta, M. Menier, le visage congestionné, était immobile et sans connaissance. Des hommes d'équipe le descendirent du wagon; il fut déposé dans la maison de la station et, quelques heures après, ramené chez lui, Noisiel. Son fils est venu à Paris dans la journée pour chercher le médecin habituel de son père.
1877
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 7.313 Tonnes.
1877
Un premier câble sous-marin est construit en France par les Établissements Henri Menier de Grenelle et posé entre Le Havre et Honfleur.
1877
Lutte ouverte entre Émile Justin et ses fils aînés opposés aux aides financières accordées à "un journal aussi radical que le Bien Public".
1878
L'Exposition universelle de 1878 couronne Menier de deux médailles d'or pour le caoutchouc et la gutta-percha, la seconde pour les câbles électriques.
Menier, député, a envoyé à Paris, par un bateau à vapeur spécial, environ 250 de ses ouvriers de l'usine de Noisiel, visiter l'Exposition. L'Étoile est partie de Noisiel à six heures du matin et, après avoir suivi les bords de la Marne et de la Seine, est arrivée à neuf heures devant l'Exposition. Les ouvriers ont parcouru les salles du Trocadéro et les galeries de l'Exposition jusqu'à quatre heures de l'après-midi ; puis ils ont repris le bateau, qui les a ramenés à Noisiel. Le dimanche suivant, une autre fraction de 250 ouvriers de l'usine de Noisiel se rendra de même à l'Exposition. Ces excursions auront lieu encore pendant trois dimanches, et ont été échelonnées de telle façon que l'ensemble des ouvriers de Noisiel puissent voir à tour de rôle l'Exposition.
1878
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 8.328 Tonnes.
1878
Émile Justin Menier est promu Officer de la Légion d'Honneur le 20 octobre.
1878
Souscription ouverte par M. Menier, dans le journal le Bien public, produisant la somme de 44,153 Fr, pour l'élévation d'une statue en l'honneur de M. Thiers
1878
Fondation du journal politique et mondain,"Le Voltaire", par Émile Justin Menier, avec pour premier rédacteur en chef M.Aurélien Scholl, auquel succédera M.Jules Laffitte.
1879
"M. Menier, député de Seine-et-Marne, vient d'avoir la douleur de perdre sa mère. M. Menier devait donner dimanche prochain, à son château de Noisiel, pour célébrer sa nomination au grade d'officier de la Légion d'honneur, une grande fête à laquelle étaient conviées deux mille personnes. En présence du malheur qui vient de le frapper, M. Menier a prévenu ses invités que la fête était remise."
1879
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 7.861 Tonnes.
1879
Le 12 juillet, formation de la Société en nom collectif Menier [fabrication de chocolat, de sucre de betterave et industrie du caoutchouc], au 6 de la rue d'Enghien pour une Durée de 30 ans, au capital de : 10.000.000 frs. Société en commandite simple à l'égard de tous les intéressés dans la succession autres que les trois fils d'Emile-Justin Menier
1879
Mariage de Gaston Menier avec Julie Rodier, le 19 juillet à Saint Augustin.
1879
Achat du château de Noisiel pour 2 millions de francs et d'un hôtel particulier, 4 avenue de Ruysdaël à Paris.
1879
Acquisition de la ferme du Buisson Saint Antoine appartenant au comte de Nicolay, propriétaire du château de Noisiel. La ferme du Buisson abritait : une écurie de 24 stalles, une boucherie-vacherie pour 48 vaches, une bergerie pour cent moutons, une salle de manutention pour la préparation de la nourriture.
1879
Création de "la Ligue du Libre Échange" en février par Emile-Justin Menier
1879
Premières expériences de labourage électrique exécutées à l'usine de Noisiel par Henri Menier
1880
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 8.974 Tonnes.
1880

Rachat par Émile Justin du moulin de Chelles qui, en retenant l'eau en aval de celui de Noisiel,
nuisait à son rendement. Ce moulin servait une vermicellerie.

Après plusieurs incendies, le moulin resta en ruine et une nouvelle usine fut construite par les héritiers en 1895. Celle-ci était équipée de machines à vapeur. Les Menier la revendirent ultérieurement aux Pâtes Ferrand et Renaud, pour mieux se concentrer sur le chocolat.

1880
Le 7 novembre a eu lieu l'enterrement de Raoul Menier, agé de 13 ans, le plus jeune fils d'Emile Justin. Le cortège est parti de l'avenue Van Dyck et est allé au cimetière Montparnasse. M. et Mme Menier avaient dû rester à Noisiel, le deuil était conduit par MM- Henri, Gaston et Albert Menier.
1880
Naissance de Georges Menier le 19 avril 1880 à Paris.
1881
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 10.558 Tonnes.
1881
Henri Menier est maire de Noisiel jusqu'en 1913.
1881
Mort d'Émile Justin Menier au petit château de Noisiel, ses funérailles sont célébrées à Paris, à l'église Saint-Phillipe-du-Roule deux jours plus tard. Jules Ferry et Louis Blanc suivent le convoi, mais tous les ouvriers de Noisiel étaient là, faisant un impressionnant cortège à leur ancien patron. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise. On évalue à trente-sept millions la fortune que laisse M. Menier.
1881
L'année 1881 marque le premier pas réel d'Henri Menier dans la voie du grand cruising Il achète le steam-yacht Surrirella de 181 tx. Sans tenir compte de la faiblesse relative de ce petit bâtiment par rapport aux dangereuses explorations qu'il entend réclamer, il s'embarque et, pendant trois ans sillonne les mondes africain et asiatique.
1881
Le 25 février M. Marie Léon Octave Michel, chef du personnel de la société Menier, obtient procuration sur la dite société et devient le fondé de pouvoir. Acte enregistré à Paris chez Ernest Duplan, notaire.
1881
Les dissensions intestines de 1877 son progressivement portées au grand jour, dans les colonnes du "Mot d'ordre" on peut lire:"cette famille plus soucieuse de plaire à cette aristocratie dont elle veut forcer les portes obstinément closes qu'attachée à suivre l'exemple paternel".Un autre fait suscite quelques désapprobations : l'enterrement religieux d'Émile Justin , lui même foncièrement anticlérical, dont seule la famille est jugée responsable.
1881

Le chemin de fer à Noisiel :
Séance du 24 août 1881 Messieurs, La Commission départementale, déléguée à cet effet par le Conseil général le 26 avril dernier, a autorisé MM. Menier fils, qui établissent un chemin de fer industriel entre Noisiel et Emerainville, à traverser les routes départementales N°17, 17 bis et le chemin de grande communication N° 51. Par suite de cette autorisation, MM. Menier ont pensé qu'il serait avantageux pour eux et sans aucun inconvénient pour le département de faire passer leur chemin de fer sous la route N°17 bis, au lieudit l'Arche-Guédon, et d'établir un pont biais sur ladite route. Ce travail serait exécuté aux frais de MM. Menier. M. le Préfet constate qu'il présenterait des avantages pour le département. Un projet a été dressé dans ce sens et il vous est soumis, avec l'avis favorable de MM. les ingénieurs des ponts et chaussées. Votre Commission de la voirie vous propose d'approuver la construction de ce pont aux frais de MM. Menier et conformément au projet présenté. . Les conclusions de ce rapport sont adoptées.

1881
Après l'Exposition d'électricité, Henri Menier est promu Chevalier de la Légion d'Honneur
1882
Gaston Menier est Président des chocolatiers et des confiseurs de France.
1882
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 10.323 Tonnes.
1882
La mort d'Émile Justin Menier sonne le glas de la coopérative, remplacée par des magasins d'approvisionnement. Sous la direction d'un gérant, débarrassé de toute prérogative ouvrière, vendant " sans bénéfice", les magasins d'approvisionnement devaient fonctionner durablement. Dans les magasins d'approvisionnement, on y vendait par jour 1 200 kgs de pain, 250 kgs de viande et 4000 litres de vin.
1882
Construction de 26 maisons supplémentaires dans la cité ouvrière de Noisiel.
1883
Gaston Menier est promu Chevalier de la Légion d'Honneur
1883
Construction pour Gaston Menier d'un Steam-yacht en acier de 100 tonneaux à Erith, par M M. Shuttleworth et Chapman. La Julie, mesure 35 mètres de longueur totale, 30 mètres à la flottaison, 4m. 80 de largeur, et a un tirant d'eau de 2m.45.
1883
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 10.863 Tonnes.
1883
Acquisition de la concession de la chasse au cerf de Villers-Cotterets, M.Servant, adjudicataire de la chasse , se réservant le sanglier. Sept ans plus tard, les Menier deviendront les adjudicataires en titre de la chasse à courre de la forêt de Villers-Cotterets, qui a repris aujourd'hui son ancien nom de forêt de Retz.
Treize mille hectares de chasse, une meute de 100 chiens de race, les chevaux,les piqueurs, les valets et une organisation toujours rigoureuse, un livre de chasse était rigoureusement tenu à jour, les invités qui n'avaient pu participer à la chasse, recevaient le lendemain un exemplaire de la carte de la forêt portant tout le parcours à l'encre rouge.
1884
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 10.767 Tonnes, pour 775 ouvriers sur le site.
1884
Gaston Menier est maire de Lognes jusqu'en 1892.
1884
Achat du château de Malnoue à Emerainville.
1884
Édification des réfectoires de Noisiel.
1885
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 10.423 Tonnes.
1885
Albert Menier convie ses amis à l'inauguration de son cirque, 53, boulevard Eugène à Neuilly
1885
Construction des cafés-hôtels-restaurants en vis à vis sur la place communale de Noisiel. L'existence de deux établissements distincts s'explique certainement par la volonté de faciliter les regroupements par affinité et, a contrario, d'éviter les promiscuités dangereuses entre individus. La possibilité de choisir est un facteur de calme dans la cité.
1886
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 10.549 Tonnes.
1886
Le 19 avril, transfert du siège social de la Société en nom collectif Menier [chocolat, sucre et caoutchouc], du 6 de la rue d'Enghien au 6 de la rue de Châteaudun.
1887
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 11.011 Tonnes.
1888
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 11.252 Tonnes.
1889
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 12.260 Tonnes.
1889
M. Albert Menier s'est rendu acquéreur du Haras de Dormans, connu sous le nom de Haras du Rû-Jacquet. Ce Haras est situé dans la Marne, entre Epernay et Château-Thierry.
1889
"Le stand Menier de l'Exposition Universelle s'orne d'un Arc de Triomphe de 250 000 tablettes."
Cette année là, Menier produisait la moitié de la consommation générale de la France, cette puissance se traduisait par 3 grands prix pour la fabrication du chocolat, le produit des plantations, la fabrication du caoutchouc, 5 médailles d'or, pour la fabrication des câbles électriques, les produits de Valle Menier, la fabrication de pâtes alimentaires, les maisons ouvrières, et les institutions patronales.
1889
Construction de la villa Zima anciennement Camille-Amélie à Cannes et des écuries au château de Noisiel.
1889
Henri Menier est promu Officier le la Légion d'Honnneur
1889
Visites d'ouvriers à l'Exposition, 600 ouvriers et ouvrières de l'usine de Noisiel sont arrivés mercredi matin au Champ de Mars, amenés directement par un train que MM. Menier avaient affrété spécialement pour eux. Une fois dans l'Exposition, chaque ouvrier, muni d'un plan qui lui avait été distribué, a été laissé libre de se promener à sa guise et de visiter les sections qui l'intéressaient le plus. A quatre heures, tout le monde s'est retrouvé dans un restaurant où un dîner avait été préparé. Enfin, vers six heures, le train spécial a reconduit à Noisiel les excursionnistes. Les autres ouvriers de l'usine feront la même excursion samedi et mercredi prochains.
1889
En Juillet, par arrêté ministériel de l'agriculture, Madame Marie-Edmée, veuve Menier, est nommée Chevalier du Mérite Agricole pour ces importants et longs services rendus à l'agriculture par l'intermédiaire de la ferme modèle du Buisson.
1889
Mr VINAY des chocolats est saisi comme contrefacteur des produits Menier. Ayant reconnu sa culpabilité, un arrangement se profile entre les parties, mais le non respect des clauses de la part de Mr VINAY, oblige Gaston Menier à porter plainte de nouveau. Cet évènement sera exhumé par Menier à quelques jours de l'exposition de Chicago lorsque Mr VINAY est nommé membre du Comité d'Admission et d'Installation de l'Exposition de Chicago dont Gaston Menier est président.
1889
Construction d'une cuisine destinée aux repas sur place ou repas familial.
1889

Electrification de la ferme du buisson en courant continu par l'intermédiaire des trois turbines de la chocolaterie et de son moulin. En 1893; 1894? le courant alternatif remplacera le dispositif en place. Celui-ci permet d'utiliser des matériels plus petits et des conducteurs électriques de plus petites sections.

1890
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 12.881 Tonnes.
1890
Construction de 50 maisons supplémentaires dans la cité ouvrière de Noisiel.
1890
Le 24 septembre, par arrêté ministériel, l'école de Noisiel fondée par Ménier est rangée au nombre des établissements publics d'enseignement primaire.
1890
Échec de la transaction de terrains avec la commune de Champs sur Marnes qui détermine la construction de la " rue neuve ".
1891
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 12.790 Tonnes.
1891
Première incursion dans un secteur en devenir ; l'automobile. Les Menier collaborent avec Panhard
et bien d'autres.
1891
Gaston Menier est conseiller général jusqu'en 1934.
1891
Gaston Menier est promu Officier de la Légion d'Honneur
1891
Gaston Menier est maire de Bussy-Saint-Georges jusqu'en 1913.
1891
Construction d'une usine à Hoboken New Jersey (Etats-Unis), l'usine sera dirigée par Charles Schlienger à partir de 1899.
1891
L'écolière aux cheveux nattés de l'affiche créée par Firmin Bouisset (dénommée Yvonne-Joséphine-Marguerite, fille de Firmin Bouisset) est promue ambassadrice de la maison Menier. Il pourrait également s'agir de Marie-Louise Paule EDELINE, fille du régisseur de la propriété des MENIER à Noisiel, selon le livre "Gosses de Pub" par Claude Weill et François Bertin.
1891
Achat de la propriété de Chamant, dans l'Oise par Albert Menier
1891
Achat du domaine de Rentilly à Bussy-Saint-Martin par Gaston Menier le 19 mai.
1891
Le 8 mai : Gaston Menier démissionne du Yacht Club de France. Mais reste membre de la société d'encouragement
1891
Création en juin de l'Union des yachts français avec Henri Menier Vice-président.
1892
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 12.979 Tonnes.
1892
Brevet de 15 ans (224633) concernant la garniture de souplesse fixée sur les roues de vélos, voitures légères de courses ou pour enfants marchant au pied ou au moteur ou à traction.
1892
Albert Menier est maire de Lognes jusqu'en 1899.
1892

Naissance de Jacques Menier.

1892
Lorsqu'elle se multiplia en affiches innombrables placardées dans toute la France, Yvonne-Joséphine-Marguerite, fille de Firmin Bouisset entra dans la célébrité. Elle allait bientôt noircir les murs d'autres graffitis, perdre son parapluie, écrire de droite à gauche, en arabe et l'imagination de son créateur n'ayant pas de limite,
inscrire Menier d'un doigt au revers de la vitrine embuée d'une épicerie.
1892
Décès de Madame Julie Rodier, femme de Gaston Menier, le 5 février.
1892
Achat d'un hôtel particulier 61, rue de Monceau à Paris.
1893
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 12.799 Tonnes.
1893

Aucun des domaines industriels en développement ne laissa les Menier indifférents. L'automobile en fait partie. Gaston s'y intéressa en collaboration de Panhard et Levassor. Il fit construire un break 4 places " découvrable double phaéton ". propulsé par 2 moteurs Daimler, cet ancêtre se déplaçait à la vitesse " fantastique " de 10 mph…

1893
L'usine de Noisiel est consacrée 1ère chocolaterie du monde à l'occasion de l'Exposition Universelle de Chicago.
1893

La société des téléphones et la société Menier s'allient pour l'occasion et se fondent en : " Société industrielle des téléphones".

1894
Albert Menier est promu Chevalier de la Légion d'Honneur
1894
Brevet déposé (124327) concernant la vulcanisation à plat et fixation.
1894

Le 23 et 24 juin création d'une nouvelle course cycliste; la course du Bol d'or, organisée par "Paris-Pédale" et son directeur M.Decam est une épreuve de 24 heures sur la piste du vélodrome Buffalo qui réunit l'élite des coureurs du monde entier. Le premier bol d'or offert par Menier est une splendide œuvre d'art d'une valeur de 5.000 francs, exécutée par le sculpteur Raoul Larche, fondue dans les ateliers de la maison SIOT-DECAUVILLE. L'intérêt principal de cette course est pour Henri Menier de tester sa nouvelle fabrication de pneumatique. Selon les commentaires de l'époque, on peut lire ;" Le pneu Menier possède outre ses qualités d'extrême légèreté, de démontage remarquablement facile, un fixage irréprochable sur la jante. Plus deux avantages dignes de la plus grande attention, une valve et une soupape de sécurité qui n'existe sur aucun autre pneu".

1895
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 13.625 Tonnes, pour 1563 ouvriers sur le site.
1895
À la fin du XIXe siècle, en 1895, Henri Menier, décide d'acheter l'île Anticosti pour une somme très modique de 125.000 dollars. Une île d'un million d'hectares pour en faire son domaine de chasse et de pêche en Amérique. Commence alors l'histoire extravagante de l'île Anticosti sous le règne Menier, mais surtout sous celui de Georges Martin-Zédé, son fondé de pouvoir qui instaura sur l'île les bases d'une société idéale. Pendant trois décennies, les Anticostiens vivront sous son administration relevant de la discipline militaire.
1895
Construction de la 2ème Mairie. L'édification de cette mairie, s'intègre dans un programme qui constitue la quatrième et dernière tranche de la réalisation de la cité. Le choix de son emplacement es à mettre en relation avec des nécessités pratiques et marquent l'aboutissement d'un processus de mainmise sur le pouvoir politique local. Les Menier qui sont devenus maires de la commune doivent tenir compte des obligations de la loi d'avril 1884. Parmi les principales dispositions de ce texte, il convient de rappeler que toute commune se doit d'avoir un bâtiment à usage exclusif de mairie et que se bâtiment soit propriété de la commune. La loi impose que les séances du conseil municipale soient publiques.
1895
Le 17 novembre, le feu au moulin de Chelles détruisit l'édifice à tel point que les Menier durent en rebâtir un nouveau. Pas moins de 6 casernes furent mobilisées pour circonscrire et combattre le sinistre : Chelles, Champs sur Marne, Ville-Evrard, Neuilly sur Marne, Neuilly Plaisance et Noisiel.
1895
Henri Menier est à l'origine de la fondation de l'Automobile Club de France. Avec ses frères et en collaboration avec BOLLEE, PANHARD, LEVASSOR, il participe à la construction des premières voitures sans chevaux.
1896
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 13.221 Tonnes, pour 1578 ouvriers sur le site.
1896
Menier hisse pavillon. La route du cacao fut conduite personnellement par les Menier durant plus de trente ans. Ils investirent dans le transport de la matière première en armant des navires puis en se contentant de les affréter. Le Belem est le plus symbolique des navires que les Menier affrétèrent. Les liens qui unissaient l'armateur Denis Crouan et la famille Menier allaient au delà de l'intérêt économique.
1897
Inauguration du pont de Vaires Torcy
1897
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 13.396 Tonnes, pour 1535 ouvriers sur le site.
1897
Le problème du logement des retraités commence à se poser, les Menier résolurent le problème en réalisant, les premiers en France, une cité de maisons de retraite à l'entrée du village de Champs sur marne.
Bien que la distance qui sépare cette cité de celle de Noisiel n'est pas très grande, elle fut ressentie par certains comme une aggravation de la cassure que constitue souvent la mise à la retraite.
1898
Le 23 Juin, dépôt de la dénomination CHOCOLAT-MENIER.
1898
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 13.806 Tonnes, pour 1529 ouvriers sur le site.
1898
Gaston Menier est député jusqu'en 1909.
1898
Édification du monument à Emile-Justin Menier.
1898
Brevet de 15 ans (283676) concernant le bandage pneumatique pour cycles et autres véhicules analogues. Autre brevet (278550) ayant pour sujet un système de régulation applicable aux moteurs à vapeurs et autres.
1898
Le 8 octobre, pose de la première pierre de la Maison de Retraite Claire Menier, du nom de la mère des deux patrons, par l'architecte Émile Hottot.
1899
La production annuelle de chocolat à Noisiel est de 13.943 Tonnes, pour 1596 ouvriers sur le site.
1899
Mort d'Albert Menier.
1899
Le 30 mars, par suite du décès de d'Albert Menier,. Henri et Gaston Menier, deviennent seuls gérants
Le XX ième siècle [suite]

 

 

 

 

 

 

 

 

Saga Menier