Hernan Cortès ramena jusqu’en Espagne les premières fèves de cacao en 1528. En 1585, une première cargaison, en provenance de Vera Cruz est débarquée à Séville et ce n’est qu’au début du XVIIè Siècle que le chocolat devient peu à peu une " passion obsessionnelle de la vie quotidienne " espagnole. La boisson des Mayas avait subi auparavant une série de transformations par adjonction de sucre de canne et de vanille, qui tempéraient l’amertume naturelle du chocolat. Madrid devenait la base à partir de laquelle le chocolat allait conquérir l’Europe. Déjà introduit dans les Flandres et aux Pays-Bas, il pénétrait l’Italie en 1606, où certains cioccolatieri, qui exportaient leurs produits dans toute l’Europe, devinrent d’admirables experts dans l’art de préparer le cacao. Neuf ans après son entrée en Italie, le chocolat pénétrait en France, grâce à la passion d’une très jeune princesse espagnole, Anne d’Autriche, qui épousa Louis XIII à l’âge de 14 ans. Dès lors, et à mesure de la progression de la colonisation des espaces américains, le chocolat va se développer dans toute l’Amérique, puis bénéficier de la demande Européenne. En 1659, le jeune Louis XIV accorde par lettres patentes le privilège exclusif, pour une durée de 29 ans, de la fabrication et de la vente d’une "certaine composition que l’on nomme le chocolat (...) soit en liqueur ou pastilles ou en boites, ou en telle autre manière qu’il lui plaira" sur toute l’étendue du royaume. L'exemple d'Anne d'Autriche est suivi par Marie-Thérèse d'Autriche, femme de Louis XIV, et dont les deux adorations étaient le roi et le chocolat. C’est à partir des plaisirs de la Cour que le chocolat va commencer à se populariser. Il est certain que les premières apparitions du chocolat en France furent fugitives. En 1680 le mot "chocolat" apparaît dans le Dictionnaire français contenant les mots et les choses de Richelet. En 1705, la charge de chocolatier de la reine est devenu un titre très envié et très lucratif. C’est de France que le chocolat parvint en Angleterre, où il fut consommé de façon beaucoup plus démocratique, notamment grâce à l’apparition de nombreuses " chocolates houses ". Le Siècle des Lumières sera pour l’Europe celui de la consécration du chocolat.

 

 

 

 


 

Saga Menier