accueil
Sommaire Menier

LE BÉTON FRETTÉ DE LA CATHÉDRALE

Symbole d’une idéologie bourgeoise bien établie, la cathédrale traduit la réussite économique et sociale des Menier
. Ils fixent ainsi dans la pierre leur entrée triomphale dans l’histoire. Forme insidieuse de couronnement pouvant être traduit par une apogée, une fin en soi qui permet la lecture en creux d’un déclin annoncé.
L’autre enseignement est le style architectural de la Cathédrale ; il est en rupture avec la vieille tradition aristocratique,
élégante et sensuelle, mais considérée en ce début de siècle comme « criminelle » . La cathédrale édifiée en 1906 symbolise la pénétration dans le monde ouvrier et dans la modernité émergeante du XXème siècle.
L’utilisation de moyen moderne tel que le béton armé ainsi que l’absence de décoration préfigure l’harmonisation
de l’architecture avec les exigences et besoins de la vie moderne et la reconnaissance d’un matérialisme naissant.
La cathédrale est le dernier bâtiment d’envergure érigé par les fils Menier ; elle rejette l’ensemble des systèmes
architecturaux existant sur le site et plus particulièrement l’emblématique moulin Saulnier édifié par leur père
Emile Justin à l’apogée de sa gloire en 1872.

Le béton armé utilisé pour les poteaux et les poutres de la "Cathédrale" diffère du béton armé par son type de ferraillage.
Il s'agit d'enrouler autour d'un cylindre des armatures métalliques pour former des spires à l'intérieur desquelles on place des âmes longitudinales dans lesquelles le béton est coulé.
Avec ce système breveté en 1901, Armand Considère entreprend de multiples constructions appuyées par la circulaire ministérielle du 20 Octobre 1906 qui fixe les règles et guide les ingénieurs français dans l'établissement de leurs projets, non seulement pour les administrations publiques mais également pour les entreprises privées.
Cette circulaire est presque toujours imposée par les architectes et devient en quelque sorte la base des cahiers des charges. Il en sera de même pour l'usine de Noisiel.
Mais le béton fretté, malgré certains avantages, n'aura pas le succès escompté, de par son prix et de la difficulté de sa mise en oeuvre.

la chocolaterie
Mise en place d'un pieu

ARMAND CONSIDÈRE

"C'est incontestablement au français MONIER que revient la gloire d'avoir inventé le béton armé".
Il a découvert et proclamé que le béton assure si bien la solidité des armatures qu'il est inutile de les river ensemble au prix de dépenses et de retards notables.
MONIER a compris aussi les avantages qu'on obtient en employant le métal pour résister à la tension et le béton pour supporter la compression et il a donné ainsi à chacun de ces matériaux la destination qui lui convient.
Toutefois, en inventant le béton fretté, j'ai créé un matériau qui possède des propriétés toutes particulières et absolument différentes de celles du béton armé.
Comme le métal, le béton armé jouit, dans les planchers, de la propriété de pouvoir subir d'importantes déformations sans se briser. Mais dans les pièces comprimées, le béton armé des types courants partage le défaut des maçonneries qui est de ne pouvoir supporter de notables déformations avant de se rompre brusquement.

Le béton fretté remédie complètement à ce grave défaut. Lorsqu'il est maintenu par un corset métallique formé d'anneaux circulaires, le béton acquiert une qualité nouvelle dont l'importance est capitale. Au lieu de se briser comme le béton armé dés qu'il subit un raccourcissement, le béton peut supporter sans rupture des raccourcissements 10 à 20 fois plus forts et des courbures invraisemblables comme le prouve la photographie qui représente des poteaux essayés au laboratoire de l'École des Ponts et Chaussées.

Outre ses avantages généraux, le béton fretté a, dans les poteaux et colonnes, celui de diminuer l'encombrement, parce qu'il permet d'augmenter les pressions unitaires et de réduire les sections. Comme exemple, l' application du béton fretté et de son système, faite à l'usine de MM. Menier, à Noisiel-sur-Marne.

La pression sur les poteaux et colonnes chargés symétriquement atteint 700 t au total par poteau de 68 X 66 cm, soit 150 kg par centimètre carré. Le béton renferme 450 kg de ciment par mètre cube; le pourcentage du métal est de 4 p.100 pour les spires et 2 p. 100 pour les barres longitudinales. Un grand nombre de poutres continues ont aussi été construites en béton fretté. Voici le détail d'une pile et d'une poutre d'une portée de 8 m et chargée à 200 t.

Armand et Pelnard Considère

Pieux : Le frottage s'applique particulièrement bien aux pieux en béton armé. Les dispositifs de faux pieu dont on coiffe le béton armé ordinaire pour en éviter la destruction sous l'effet des coups de mouton deviendraient inutiles avec le béton fretté.

C'est peut-être dans les pieux que la supériorité du béton fretté apparaît avec la plus grande évidence.
Les pieux frettés supportent sans se rompre et en présentant un simple matage à la partie supérieure, les chocs les plus violents du mouton (masse qui frappe la tête du pieu) sans le secours d'aucun appareil de protection.

Au contraire, l'emploi d'appareils de protection utilisés pour le béton armé, diminuant dans une proportion inconnue l'effet de choc, ne permet pas de calculer la charge que le pieu peut supporter et ainsi d'apprécier le degré de sécurité des fondations."

Dépense : D'après l'expérience de l'usine de Noisiel, la fabrication du béton fretté ne coûterait pas plus cher que celle du béton armé des types courants, étant bien entendu que l'importance de l'installation justifie l'emploi d'un treuil pour l'enroulement préalable des spires."

La chocolaterie
Confection de la carcasse d'un pieu fretté

 

 

 


 

 

 

Saga Menier