NOISIEL VILLE D'ART ET D'HISTOIRE

Allocution de Catherine Tasca
Ville de Noisiel : Signature de la convention
VILLE ET PAYS D’ART ET D’HISTOIRE
Noisiel - Mercredi 13 Décembre 2000

Ministre délégué auprès du ministre de la culture 2000/2002

Monsieur le Député - Maire, Monsieur le Préfet, Mesdames, Messieurs

"Je tenais à être parmi vous aujourd’hui. Le label qui est conféré à la ville de Noisiel « Ville et Pays d’art et d’histoire », par la signature d’une convention de la Ville avec l’État, après l’avis favorable du Conseil national le 4 mai dernier est doublement significatif.

Tout d’abord, il qualifie, Monsieur le Député-Maire, votre action et votre volonté en vous plaçant au nombre des collectivités locales qui, conscientes de l’intérêt de leur patrimoine, sont prêtes à le valoriser, non seulement dans le sens du développement économique de la ville mais dans un véritable projet culturel et social, associant les citoyens.

Noisiel est une ville jeune, forte d’un passé de 200 ans, sans doute la plus jeune de nos Villes d’art et d’histoire. C’est celle dont l’essor est en tout cas le plus récent, riche d’un patrimoine et d’une architecture issus de deux développements urbains successifs, réalisés à un siècle d’intervalle, entre la cité industrielle bâtie autour de la chocolaterie Menier, et la ville nouvelle de Marne-la-Vallée développée sur un plateau après 1970 dans un grand souci environnemental.

Ce label, Monsieur le Député-Maire, est à la fois une reconnaissance de votre action pour le patrimoine et l’architecture mais également un encouragement à la poursuite de cette politique avec le soutien actif de mes services, la direction régionale des affaires culturelles d’Île de France et la direction de l’architecture et du patrimoine.

Ensuite, je tiens à le souligner, Noisiel est une des premières villes labellisées pour son patrimoine industriel des XIXe et XXe siècles. Mon ministère a marqué en cela sa volonté de faire évoluer ce réseau vers une notion élargie du patrimoine et la prise en compte d’une architecture plus contemporaine. Cette évolution vient d’être confortée par l’arrivée au sein du réseau des villes de Saint-Étienne, Roubaix et Le Havre.

Ainsi l’entrée de Noisiel dans le réseau des Villes et Pays d’art et d’histoire, illustre une nouvelle dimension de notre politique de développement culturel patrimonial constitué au travers du réseau national des Villes et Pays d’art et d’histoire.

Noisiel est donc une ville témoin des orientations de l’action que nous entendons mener pour favoriser la compréhension du patrimoine, dans une acception élargie, et l’accès du plus large public.

Cette conception enrichie de la notion de patrimoine est à la base de notre action de sensibilisation. En effet, ce ne sont plus seulement des spécialistes, conservateurs, chercheurs, architectes, qui doivent donner leur vision du patrimoine. C’est dans une appréhension globale de la ville que nous dépasserons ce que Julien Gracq appelle dans La forme d’une ville, je cite « le décalage qui isole artificiellement de la masse vivante d’une ville les chefs d’oeuvre qu’elle a nourris ».

Le développement local culturel tient aussi à son imbrication avec la vie sociale, ses associations, son milieu scolaire et éducatif, et avec son développement notamment touristique qui ensemble constituent une image attractive de la ville.

Le patrimoine, au sens large, innerve et donne sens à toute cette dynamique identitaire, culturelle et économique.

C’est avec les citoyens et pour eux que Noisiel entreprend un travail sur la mémoire des lieux, notamment la cité ouvrière, avec l’existence sur son territoire d’une scène nationale installée à la Ferme du Buisson et qu’elle engage aussi une réflexion sur l’accueil touristique ; et ces différents outils culturels sont relayés par la mise en place du contrat de ville.

C’est à tout cela, Monsieur le Député-Maire, que vous nous invitez aujourd’hui au travers de la signature de cette convention Ville d’art et d’histoire.

Je salue ici la volonté des élus d’inscrire les projets urbanistiques et architecturaux dans une perspective de continuité historique et dans le développement durable en impliquant fortement la communauté et chacun des citoyens vis à vis de la société future."

LE POTENTIEL NOISIELIEN

La convention signée entre la ville de Noisiel et le ministère de la culture permet à Noisiel d'accéder au rang prestigieux de "ville d'art et d'histoire". Consciente de la diversité et de ses atouts patrimoniaux, Nosiel préparait depuis plusieurs années sa candidature au label. Trois déclinaisons remarquables : en premier lieu, un patrimoine industriel unique datant de la fin du XIX siècle et du début du XX siècle lié à l'établissement de la chocolaterie Menier et à sa prodigieuse empreinte architecturale. En second lieu, un patrimoine architectural contemporain incluant diverses réalisations de grands noms de l'architecture en ville nouvelle. Et pour finir, un patrimoine "vert" important en partie protégé.

LA MISE EN VALEUR

La présentation du dossier de candidature devant le conseil national des villes et pays d'art et d'histoire par Daniel Vachez, député-maire de Noisiel, est le fruit de longues années de préparations.
Vingt années de : réhabilitation, d'acquisitions et d'aménagement dont les détails vous sont listés ci-dessous.

 

De 1980 à 1989

  • Création de l'association "Noisiel ville d'histoire" [NVH] dont la mission est la mise en valeur du patrimoine noisiélien.
  • Obtention du classement de 12 bâtiments à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.
  • Le NVH organise des visites et des conférences sur le site de la chocolaterie et de la cité ouvrière.
  • Organisation de tables rondes universitaires.
  • La ville participe aux journées portes ouvertes, rebaptisées journées du patrimoine depuis 1988.
  • Ouverture d'un syndicat d'initiative en mairie.
  • Noisiel apparaît dans les publications de la collection "images du patrimoine".

De 1990 à 2000

  • Réhabilitation de la mairie principale [anciennes écoles] et de la Ferme-du-Buisson [ancienne ferme modèle].
  • Acquisition d'objets ayant appartenu à la famille Menier et d'objets publicitaires, de plans, de documents liés à la ville de Noisiel afin de constituer un fonds de collection.
  • Rénovation de la grille d'honneur du parc de Noisiel.
  • Recrutement par la ville de Noisiel d'une personne à plein temps, chargée du patrimoine.
  • Aménagement des berges de la Marne.
  • Réalisation d'une passerelle.

LES ENGAGEMENTS

Outre l'obtention de l'appellation, la ville de Noisiel obtient des subventions d'un montant de 1.4 million de francs sur cinq ans pour mener à bien une politique active de tourisme culturel et de valorisation de son patrimoine. Par la signature de cette convention, Noisiel s'engage également à mettre en oeuvre cinq grands volets d'actions.

  1. Sensibilisation de la population locale et plus largement francilienne. La ville organisera tout au long de l'année des visites découvertes thématiques et des conférences sur des thèmes donnés. Seront organisés en relation avec l'actualité nationale et locale : journées du patrimoine, mois des jardins, semaine du goût...
  2. Initiation du jeune public par la création d'ateliers permanents du patrimoine coordonnés par l'animateur du patrimoine. Les ateliers s'adresseront aux élèves de maternelles et de terminales.
    Des projets particuliers pourront être définis dans le cadre des projets d'écoles. Des ateliers de pratique artistique, des classes du patrimoine ou des métiers d'art, des contrats d'aménagement du temps de l'enfant. En fonction des thèmes traités, les ateliers feront appel à de multiples compétences : architectes, urbanistes, comédiens.
    Des ateliers fonctionneront également à l'intention des jeunes, hors temps scolaire, en collaboration avec les associations.
  3. Accueillir le public touristique en mettant à sa disposition un programme de visites-découvertes. Proposées en période estivale et pendant les vacances scolaires, elles seront annoncées dans les dépliants locaux. Les visites de groupe seront organisées à la demande. La ville se chargera de réaliser des documents d'information sur le patrimoine : dépliants, brochures, affichettes...
  4. La ville créera une exposition permanente sur l'évolution et les caractéristiques du patrimoine noisiélien, véritable vitrine de la ville, une manière d'inciter les touristes à prolonger leur séjour. Elle sera située dans le bâtiment des anciens réfectoires, place Emile-Justin Menier. Des expositions temporaires prenant en compte l'actualité du patrimoine seront régulièrement organisées.
  5. L'ensemble de ces actions nécessite de recourir à un personnel qualifié : animateurs du patrimoine et guides-conférenciers agréés par le Ministère de la Culture et de la Communication

Source : Ville de Noisiel 2000

AURELIE FILIPPETTI ET LA CHOCOLATERIE

Le 16 sept 2012 La ministre de la Culture a visité l'ancienne chocolaterie Menier à l'occasion des 29es Journées européennes du patrimoine.

Ce n'est pas un fantasque Willy Wonka [Charlie et la chocolaterie] mais un Vincent Eblé ému qui a accueilli Aurélie Filippetti hier après-midi à Noisiel. La ministre de la Culture a visité l'ancienne chocolaterie Menier à l'occasion des 29es Journées européennes du patrimoine.

" Pendant des années, j'ai suivi la réhabilitation de l'ancienne chocolaterie".

Que la ministre de la Culture fasse sa première visite seine-et-marnaise ici, c'est formidable ", glisse le sénateur (PS) et président du conseil général. Hier, il a lui-même guidé la ministre dans les entrailles de l'ancienne chocolaterie Menier à Noisiel, créée en 1825 et devenue aujourd'hui le siège social du Groupe Nestlé, ainsi que sur le chantier de restauration de l'ancienne mairie et l'une des ruelles de l'ancienne cité ouvrière attenante, la cité Menier.

" J'avais beaucoup entendu parler de ce site et je voulais le découvrir. C'est une belle illustration de réhabilitation d'un ancien patrimoine industriel. C'est important de montrer qu'il y a des entreprises qui s'intéressent au patrimoine ", a résumé la ministre, issue d'une famille de mineurs de fond lorrains."

Le site est un exemple très intéressant de ce qu'il est possible de faire, poursuit un conseiller de la ministre. L'une des problématiques des bâtiments est de savoir comment on les réutilise. La plupart du temps, ils deviennent des lieux culturels. Mais ici, l'ancienne chocolaterie a été entièrement réhabilitée pour accueillir une entreprise et développer en même temps une activité économique. Cela pourrait nous inspirer pour la suite "

Texte : Le Parisien du 17 Septembre 2012

 

 

Iconographie : Canal Coquelicot 77

 

 

 

 

 

Saga Menier