accueil
retour sommaire Publicité

HENRI LIORET

Henri Lioret

Henri Lioret voit le jour en 1848 à Moret-sur-Loing en Seine et Marne le 26 juillet.
Il est fils d'horloger, l'avenir lui semble ainsi tout tracé et durant les trentes premières années de son existence il occupera la profession de son père dans sa ville natale.
Mais cet isolement géographique ne peut satisfaire le jeune Lioret, inventif, dynamique et doté d'une grande créativité. Le siècle en cours porté sur la recherche, l'innovation et l'industrialisation convient parfaitement à cet esprit bouillonnant. Les expositions multiples affichant la compétitivité et les talents du moment se déroulent dans les grandes capitales européennes. Henri Lioret suivra le mouvement et s'installera à Paris en 1870.

La Cigale

De collaborations en dépôts de brevets, Henri Lioret commence à se faire un nom dans son domaine de prédilection qui est encore l'horlogerie, en 1876 il remporte le prix Pierret d'une valeur de 100 francs.
Point d'orgue de ses réalisations, en 1881, une montre appelée "Cigale". Cette dernière possède un dispositif de réveil constitué d'une plaque vibrante restituant un son rappelant le chant d'une cigale. Une étape vient d'être franchie avant une plus large diffusion du son par l'intermédiaire des phonographes.

bébé Jumeau

En 1890 Henri Lioret est contacté par Émile Jumeau fabricant de poupée portant son nom.
Cette future collaboration portera sur la sonorisation du "bébé Jumeau" par l'intermédiaire d'un phonographe miniature installé dans le corps du jouet. Ce nouveau challenge lui fera développer les premiers fondements d'un phonographe à son nom mais également déposer un brevet sur un nouveau cylindre inusable, (l'ancêtre du disque vinyl) résistant aux chocs affligés le cas présent par les petits propriétaires de poupées Jumeau.
Ses qualités d'horloger associés à un perpétuel besoin d'innover lui font entrevoir la mutation de son activité.
Celle-ci se tournera définitivement ver la restitution du son par l'intermédiaire d'une création continue et soutenue de Lioretgraphs..

Magasin Lioret
Henri Lioret dans son magasin à Montrouge
au 15 de la rue Thibaud vers 1898

LE KIOSQUE MUSICAL MENIER

En 1893, Gaston Menier soigne son image de "Marque".
Il fait appel à Revon et Paul Kahn pour fabriquer, 93 rue d'Oberkamps à Paris, un kiosque en tôle lithographiée.
Le toit est recouvert d"écailles et entouré d'une frise. Au sommet pointe une flêche. C'est la réplique du Kiosque à journaux de la société Grant et Cie et non celle de la colonne Morris.
Un premier kiosque voit le jour en 1893. Il sera suivi en 1900 d'un second modèle.
Ces deux productions seront destinées à un très large public contrairement au kiosque musical équipé d'un Lioretgraph qui sera réservé aux grossites revendeurs des produits Menier.

Le lioretgraph kiosque Le lioretgraph kiosque


Fabriqué en 1898, sa production ne dépassera pas la centaine. D'une hauteur de 48 centimètres, son centre abrite un mécanisme déjà utilisé pour la réalisation d'un autre jouet musical.


Doté d'un cylindre d'une durée de 30 secondes, Henri Lioret propose à la maison Menier un support publicitaire nouveau :
la réclame parlée.
Une voie masculine vante le fameux chocolat Menier

[Trompette...]
"Demandez le chocolat Menier,
le meilleur de tous les chocolats !
Il n'y a certainement rien de meilleur
que le chocolat Ménier !
[Trompette...]
Surtout évitez les nombreuses
contrefaçons !"


Phonorama

A LIRE

Les textes ci dessus sont une libre interprétation du livre de Julien Anton consacré au fruit de sa passion :

" Henri Lioret, un horloger pionnier du phonographe"


Livre d'un collectionneur soucieux d'apporter vie et histoire aux pièces uniques qu'il possède. A la lecture des pages consacrées à Henri Lioret, on découvre un artisan pionnier de la fabrication française du phonographe oublié et marginalisé par la puissance industrielle de ses concurrents étrangers.
L'histoire du phonographe est à reconsidérer à la lecture de cet ouvrage et Henri Lioret retrouve de fait sa place au Panthéon des inventeurs et créateurs du phonographe.
Voilà le message subliminal que distille finement le livre de Julien Anton. L'ouvrage est destiné aux passionnés de phonographes mais également aux amateurs d'histoire à la recherche d'un patrimoine bien vivant.

Le livre de Julien Anton est à votre disposition sur le site de Julien Anton :
PHONORAMA
Henri Lioret un horloger pionnier du phonographe

Alain Lateb

Le lioretgraph Eurêka

 

 


Avec l'aimable autorisation de Julien Anton

 

Saga Menier